Digital Ocean – Tuto complet

Digital Ocean – Tuto complet
5 (100%) 9 votes

Il n’existe pas que OVH, GoDaddy et One&One. Préparez-vous à découvrir Digital Ocean, qui offre flexibilité, assistance rapide et une souplesse d’utilisation au-dessus de la moyenne !

Un hébergeur correspond à un type de besoin et de profil. Bien que dans ce billet je mette en avant Digital Ocean, je dispose de serveurs chez OVH et GoDaddy et j’en suis satisfait pour l’utilisation que j’en fait, malgré les désagréments subis. Lié uniquement à mon cas.

Droplets

$digital-ocean-tuto-001

L’écran d’accueil principal vous permet d’avoir une vision rapide et complète de vos différents serveurs (ou Droplets). Bien plus homogène qu’un OVH ou plus agréable qu’un GoDaddy, cette première page regorge d’informations utiles :

  1. La liste de vos différents serveurs,
  2. Le nom de vos serveurs,
  3. L’adresse IP des dits serveurs,
  4. La quantité de RAM que vous avez choisis d’allouer à votre serveur,
  5. L’espace disque que vous avez choisis d’allouer à votre serveur,
  6. La région du monde où se situe votre serveur, ici Amsterdam.

Une fois cliqué sur l’un de vos serveurs (ou Droplets) vous arrivez sur cette vue, toujours aussi simple et agréable à l’oeil. Vous retrouvez donc :

$digital-ocean-tuto-002

  1. Le nom du serveur sur lequel vous vous trouvez,
  2. L’IP de votre Droplet,
  3. Un accès direct à la console serveur.

Vous noterez, juste dessous, un bouton vous permettant de changer votre mot de passe Root (ou votre mot de passe principal vous donnant l’accès à votre serveur, si vous préférez).

Un simple coup d’oeil à coté de votre adresse IP vous permet de voir/revoir la configuration actuel de votre droplet. Enfin sur la gauche, vous avez le menu DU serveur que vous êtes en train de visionner.

$digital-ocean-tuto-003

En passant ensuite sur l’onglet “Power” de votre droplet, vous accédez à l’alimentation de votre serveur. Vous avez la possibilité d’éteindre votre serveur via le premier bouton, bien que l’extinction de votre serveur via la console de commande est recommander. Le deuxième bouton vous permet de faire un “hard reset” de votre droplet (ou serveur).

Resize

$digital-ocean-tuto-004

Si on parle de flexibilité, oubliez ce que vous connaissez et admirer un service quasi-parfait (non, je ne suis pas payé par Digital Ocean pour écrire cet article. Mais si des gars de chez vous passe par ici, j’ai un formulaire de Don dans la sidebar ^^).

Vous avez ici la possibilité de changer en 3 clics la configuration de votre serveur. Dans notre exemple, le droplet est configuré sur l’offre de base soit approximativement 5$/mois avec 512Mo de RAM, un disque de 20Go et 1 TO de transfert.

  1. Resize Permanent : Vous changez/augmenter votre CPU + RAM + HDD,
  2. Resize Flexible : Vous changez/augmenter uniquement le CPU et la RAM de votre Droplet, sans changer la taille de votre espace disque,
  3. Sont affichés les différentes possibilités de resize Permanent, car j’ai sélectionné “Permanent” en haut de page (bouton1). En cliquant sur le bouton 2 (Flexible) vous obtenez une nouvelle grille de configuration/tarifaire.

 

$digital-ocean-tuto-005

L’onglet Snapshot vous permet de prendre une “image” (1) de votre serveur à un moment donné, de la sauvegarder et bien sûr de pouvoir restaurer votre “image disque” sur votre serveur en un clic (2). Cette fonction très utile peut être fait à la main mais aussi de manière automatique (cf Backups).

$digital-ocean-tuto-006

L’option de backups automatique est payante, à choisir ou non durant la création de votre Droplet.
Comme précisé, les backups sont activables uniquement durant le process de création de votre serveur et si vous les désactivez, vous ne pourrez plus réactiver cette option (sur le serveur en question). Vous retrouvez vos derniers backups en bas de page, afin de lancer une restauration de votre serveur en 1 clic.

$digital-ocean-tuto-008

L’onglet “graphs” vous permet de voir votre consommation de bande passante, l’utilisation de votre disque et bien sur de votre CPU.

$digital-ocean-tuto-009 Dans “history”, vous retrouverez toutes les actions qui ont été effectuées sur votre Droplet.

$digital-ocean-tuto-010 Enfin l’onglet “Destroy” vous permet de détruire votre droplet et le supprimer intégralement.

$digital-ocean-tuto-011

De retour dans votre main menu, la partie “images” vous permet de sauvegarder tous vos droplets éteints (1). Juste en dessous, vous trouverez les différentes snapshots de vos différents droplets.

$digital-ocean-tuto-012
Le menu “DNS” vous permet, comme son nom l’indique, de passer par les DNS Digital Ocean. A savoir : leurs système DNS est en fait un service maintenu par CloudFlare (Plus d’infos).

$digital-ocean-tuto-013

Pour les développeurs, vous avez ici accès à une API extrêmement complète.

$digital-ocean-tuto-014

La partie support, avec un système communautaire par ticket. De mon coté, j’ai toujours obtenu réponse en 24h chrono. Et certains utilisateurs m’ont bien aidé à prendre en main certaines foncitonnalités (SSH & SSL). On est loin d’un OVH avec +72h de délai, ou des réponses approximative. Loin d’un GoDaddy aussi.

Création d’un serveur/Droplet

$digital-ocean-tuto-015

  1. Le nom de votre serveur (ex : GhostFoundation)
  2. La configuration que vous souhaitez AU DÉPART (n’oubliez pas qu’il vaut mieux commencer bas, et resize plus tard. Car le down-size est bien plus compliqué).
  3. Vue d’ensemble de la configuration que vous avez sélectionné,
  4. Vous pouvez choisir où déployer votre serveur, de préférence Amsterdam pour un site FR (plus proche).

$digital-ocean-tuto-016Viens ensuite la configuration du système d’exploitation, mais aussi la possibilité d’installer certaines “applications” directement comme WordPress, Drupal…. ou de créer un nouveau droplet à partir d’un de vos backups. Et bien sûr la possibilité d’ajouter une clef SSH pour plus de sécurité.

$digital-ocean-tuto-018C’est terminé, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur “Create Droplet” pour lancer la création de votre serveur (4 minutes approx.) !

$digital-ocean-tuto-019

Pour terminer, coté settings, on retrouve :

  1. Votre crédit : Le montant de votre crédit chez Digital Ocean,
  2. Combien vous à coûté votre/vos Droplets pour le moment,
  3. la possibilité de recevoir un mail d’alerte si votre consommation dépasse le seuil de votre choix,
  4. La méthode de paiement que vous souhaitez utiliser : Paypal, carte de crédit,
  5. Accès rapide à votre admin.

 

$digital-ocean-tuto-021Digital Ocean permet l’utilisation de code promo, un petit plus sympa.

$digital-ocean-tuto-022Vous avez la possibilité d’inviter une autre personne à avoir accès à votre compte, sans lui donner vos logins. Très pratique lorsque vous travailler en équipe (Hum…Les autres hébergeurs sont toujours à la traîne non ?).

digital-ocean-tuto-023

Dans sécurité vous trouverez vos clefs SSH mais aussi, plus simple, la double authentification (à toujours activer, même si c’est relou).

$digital-ocean-tuto-024Et pour finir, vos options de souscription à la newsletter et les dernières notifications générale (en bas).

Alors qu’en pensez-vous ? Prêt à changer vos habitudes ? Les commentaires sont ouverts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *